Actualités & Publications
18/04/2019
Risque pays et études économiques

Le retournement du cycle industriel frappe les entreprises du secteur de la chimie en Europe et Amérique du Nord

Le retournement du cycle industriel frappe les entreprises du secteur de la chimie en Europe et Amérique du Nord
  • Les signaux de ralentissement de l’économie mondiale continuent de s’accumuler
  • 2019 : le nombre de défaillances augmentera dans deux tiers des pays (+3% en Europe de l’Ouest)
  • L’industrie chimique en Europe et en Amérique du Nord souffre de moindres débouchés dans l’automobile
  • Les améliorations des évaluations se concentrent au Moyen-Orient, dont la révision de l’Arabie Saoudite (B)

Le plus long cycle d’expansion industrielle des trente dernières années en zone euro a pris fin en novembre dernier. Ses répercussions se font sentir au premier trimestre 2019 : le commerce mondial est en train de ralentir (prévision de 2,3% par Coface, après 3% en 2018), la croissance du PIB mondial est attendue au plus bas depuis 2016 (prévision de +2,9%, soit une baisse de 0,3 point par rapport à 2018), les entreprises sont nettement moins confiantes et repoussent leurs investissements. Cette année, le nombre de défaillances d’entreprises devrait augmenter dans 26 pays sur 39 analysés, contre seulement 19 en 2018.

Sans surprise, ce sont les entreprises européennes qui sont très fragilisées : Coface anticipe une hausse des défaillances de +3% en Europe de l’Ouest et de +4% en Europe centrale et orientale. En Allemagne, la dégradation de la confiance des entreprises du secteur manufacturier a été beaucoup plus marquée que chez ses voisins. Le degré d’ouverture élevé de l’économie allemande, conjugué à son exposition aux destinations à risques, comme la Turquie, le Royaume-Uni, la Chine et, dans une moindre mesure, les États-Unis, freinent les ventes à l’international. Le carnet de commandes des industriels a chuté de plus de 4 % au mois de mars, un plus bas depuis janvier 2017.

Après le secteur automobile dont l’évaluation en Europe, Amérique du Nord et Amérique latine a déjà été dégradée par Coface en début d’année, c’est le tour des fournisseurs de ses intrants de subir les conséquences de la chute des ventes d’automobiles. La chimie est particulièrement concernée. L’activité des entreprises pétrochimiques est aussi sensible à la montée des cours du pétrole et de l’éthane et à l’évolution du cadre réglementaire et des habitudes des consommateurs davantage préoccupés par l’environnement. Cette tendance pousse Coface à dégraderle secteur de la chimie à « risque moyen » aux Etats-Unis, en Allemagne et aux Pays-Bas, et à « risque élevé » en France, au Royaume-Uni et en Italie.

La remontée des cours du pétrole (qui devraient rester à un niveau confortable, 65 dollars en moyenne en 2019, selon Coface) et la récente réorientation des politiques monétaires de la Réserve Fédérale américaine profitent à la stabilisation du risque de crédit au Moyen-Orient. L’évaluation de l’Arabie Saoudite est ainsi améliorée à B. Les secteurs du textile-habillement et du bois bénéficient aussi de l’augmentation des dépenses budgétaires, ce qui explique la révision de leurs évaluations en « risque moyen ». Aux Emirats Arabes Unis, dont l’évaluation pays a été améliorée en février dernier, trois secteurs rejoignent la catégorie des « risques moyens » : l’automobile, notamment, en prévision de nombreux projets d’infrastructure dont l’Expo 2020, la distribution tirée par une croissance plus forte, des investissements et le tourisme, et le textile-habillement, en lien avec l’augmentation du pouvoir d’achat et le changement des habitudes de consommation.

 

Télécharger cette publication

Barometre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Télécharger le communiqué : Le retournement du cycle industriel frappe les entreprises du secteur ... (272,04 kB)

Contact


Antonella VONA

Directrice Marketing & Communication
TeL. : +39 (02) 48 33 56 40  
Email: antonella.vona@coface.com 

Haut de page
  • Français
  • English