Actualités & Publications
27/09/2017
Publications économiques

Le marché obligataire, la nouvelle « roue de secours » des entreprises dans les pays émergents ?

Le-marche-obligataire-la-nouvelle-roue-de-secours-des-entreprises-dans-les-pays-emergents_image280x141

Si l’année 2017 est synonyme de légère embellie conjoncturelle dans le monde émergent, elle ne fait pas oublier les trois précédentes années marquées par un risque entreprise en détérioration. Les raisons en étaient multiples : chute des cours des matières premières, endettement des entreprises élevé, surcapacités de production, risque politique au plus haut, etc. Dans ce contexte chahuté, les entreprises devaient en outre faire face à des conditions de crédit bancaire plus strictes.

Cette restriction des conditions de crédit en temps de crise n’est d’ailleurs pas propre au monde émergent, la crise des subprimes est là pour le confirmer. Dans ce cas de figure, l’existence de marchés obligataires peut constituer une alternative au financement bancaire et ainsi offrir une bouffée d’oxygène aux entreprises. C’est en tout cas ce qu’affirmait Alan Greenspan en 2000, alors président de la Réserve fédérale américaine, allant jusqu’à comparer les marchés d’obligations à des roues de secours.

 Dans cette étude nous nous demandons si les marchés obligataires ont effectivement joué ce rôle de « roue de secours » pour les entreprises des pays émergents lors de la période récente de ralentissement de la croissance (voire de récession). La réponse est a priori moins évidente que dans le cas des économies avancées, tant le développement des marchés obligataires d’entreprise y est incomplet. Cette année marque pourtant le vingtième anniversaire de la crise asiatique, qui avait révélé les dangers liés à un financement des entreprises exclusivement dépendant des banques.

 Au final, sur notre panel de 16 pays émergents, les marchés obligataires semblent avoir offert une bouffée d’oxygène aux entreprises dans plusieurs pays d’Asie (Thaïlande, Indonésie) et d’Europe émergente (République tchèque, Pologne, Hongrie). C’est aussi le cas en Amérique latine (Chili, Mexique, Colombie), à la différence près que ce sont surtout les émissions sur le marché international et non local qui ont progressé dans cette région, avec les risques induits (risque de change accru dans le cas d’émissions en devise étrangère). Enfin, un des enseignements de cette étude est que le marché obligataire n’est d’aucun secours lorsque le choc économique est particulièrement violent : malgré l’existence de marchés liquides et de relativement grande taille, la récession a été accompagnée d’une baisse des encours obligataires au Brésil et en Russie en 2015.

 

Télécharger la publication

 

Mini-Panorama-150x215px
  • LES AVANTAGESde la diversification des sources de financement dans les pays émergents
  • ENDETTEMENT CROISSANTdes entreprises depuis la crise
  • LE FINANCEMENT OBLIGATAIREdes entreprises : un atout en période de crise ?

 

 

 

 

 

 

Télécharger la publication : Le marché obligataire, la nouvelle « roue de secours » des entrepri... (1,69 MB)

Contact




Meriam RACHDI

Marketing & Communication Manager
Maghreb, Central & West Africa
13, Rue Ibnou Toufail - Palmier
Casablanca - Maroc
Tel :+ 212 522 98 98 93
Email : meriam.rachdi@coface.com

Haut de page
  • Français
  • English