Etudes économiques
Congo, République démocratique du

Congo, République démocratique du

Population 81,6 millions
PIB par habitant 470 $US
D
Evaluation des risques pays
E
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2014 2015  2016(p) 2017 (p)
Croissance PIB (%) 9,5 6,9 3,9 4,2
Inflation (moyenne annuelle) 1,2 1,0 3,5 8,6
Solde budgétaire / PIB (%) 1,3 -0,1 -1,9 2,8
Solde courant / PIB (%) -10,1 -10,8 -10,6 -8,2
Dette publique / PIB (%) 16,8 18,9 20,0 22,6

 

(p) Prévisions

POINTS FORTS

  • Ressources minérales abondantes (cuivre, cobalt, diamants, or, étain)
  • Important potentiel hydroélectrique
  • Mobilisation internationale pour résoudre les conflits dans la région des grands lacs
  • Annulation de la dette dans le cadre des initiatives PPTE et ADM

POINTS FAIBLES

  • Tensions sporadiques dans l’Est du pays avec la récurrence des rébellions
  • Crise politique suite à la décision de la Cour Suprême de repousser les élections présidentielles
  • Faiblesse des infrastructures (transports, énergie, télécommunications) et déficit de gouvernance
  • Niveau de pauvreté élevé
  • Insuffisance des réserves de change (1 mois d’importations environ)

Appréciation du risque

Accélération de la croissance limitée par le risque politique

En 2016, le pays a principalement souffert de la baisse des prix des matières premières exportés, à commencer par ceux du cuivre. L’économie de la République Démocratique du Congo (RDC) a néanmoins également démontré une certaine stabilité macroéconomique en dépit de l’environnement externe défavorable. En 2017, la croissance accélérerait légèrement, soutenue notamment par une augmentation de la production de cuivre et un redressement des cours miniers. Les efforts de diversification entrepris par le gouvernement en 2016 dans le cadre du Plan national stratégique de développement (PNSD), en cours d’élaboration, permettraient également de soutenir les secteurs qui ont permis à la RDC de mieux résister que les autres pays miniers du continent, à savoir, l’agriculture, la télécommunication et les transports. Néanmoins, le risque accru d’instabilité politique suite à la décision du Président Kabila de rester au pouvoir alimenterait l’aversion au risque des investisseurs étrangers. La consommation privée, dynamique en 2016, pourrait également souffrir de l’incertitude politique.

En 2017, l’inflation augmenterait, en lien avec la dévaluation du franc congolais. Sous pression, la devise a perdu plus de 20% de sa valeur face au dollar en 2016. Après avoir augmenté son taux directeur de 500 points de base en août 2016, la Banque Centrale du Congo pourrait de nouveau resserrer sa politique monétaire en 2017 pour contenir l’inflation.

 

Amélioration du solde budgétaire et courant dans le sillage du cuivre

Le solde budgétaire devrait redevenir excédentaire en 2017. Les recettes fiscales devraient notamment augmenter grâce à l’évolution des cours miniers.  La contribution des dons extérieurs pourraient néanmoins baissé significativement si les partenaires étrangers imposent des sanctions au pays après que J. Kabila a décidé de garder le pouvoir au-delà de son mandat. Le gouvernement prévoir de baisser les dépenses de l’ordre de 14% en 2017 afin de poursuivre les efforts entamés en 2016. Toutefois, des ressources supplémentaires pourraient être employées pour contenir les troubles sociaux déclenchés par la décision de J. Kabila. La dette publique, considérablement réduite grâce à son allégement en 2010 par les créanciers internationaux, reste viable.

En dépit de la progression des exportations de produits miniers, le déficit courant demeurerait important en 2017. Le déficit élevé des balances des services et des revenus au vu des rapatriements de profits des compagnies étrangères maintiendrait le solde courant en territoire négatif. En revanche, l’excédent de la balance commerciale devrait s’amplifier grâce à l’augmentation de la production de cuivre, et, plus généralement de la bonne tenue des exportations d’or et de cobalt. Le déficit courant devrait ainsi diminuer en 2017.

 

Le report de l’élection présidentielle prolonge et amplifie l’incertitude politique

La décision de la Cour Suprême de reporter les élections présidentielles, initialement prévues en décembre 2016, à avril 2018 permet au président Joseph Kabila, après plusieurs tentatives infructueuses de rester en poste, de finalement maintenir sa mainmise sur le pouvoir. Les négociations avec l’opposition devraient permettre à Kabila de rester au pouvoir jusqu’à la prochaine élection qui aura lieu, au mieux, fin 2017. Après deux mandats consécutifs de cinq ans, cette décision  signifie l’échec de la première transition politique du pays depuis l’entrée en vigueur de la Constitution en 2006. En imitant plusieurs leaders d’Afrique Sub-saharienne qui ont contourné les limitations constitutionnelles de fin de mandat, Joseph Kabila a alimenté la colère du public. La vague de protestations contre le président Kabila (débuté en 2014) est réprimée dans la violence et les partisans de l’opposition écroués. Les manifestations du 19 septembre ont ainsi fait 53 morts d’après l’ONU. Les tensions sont de plus en plus vives. L’incertitude politique, la corruption et les faibles performances en matière de gouvernance contribuent sur un climat des affaires extrêmement dégradé (184ème sur 190 pays dans le classement Doing Business 2017).

Sur le plan géopolitique, le pays a émergé de plusieurs décennies de conflits armés avec la défaite du mouvement rebelle M23 en 2013. La situation reste toutefois critique à l’Est du pays (Nord-Kivu), théâtre d’une série de massacres de civils depuis octobre 2014. Dans ce contexte, les relations diplomatiques et la coopération sécuritaire se sont intensifiées avec le Rwanda et l’Ouganda. Les pays de la Conférence Internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) ménagent pour l’heure leurs relations avec la RDC et avec le président Kabila.

 

Dernière mise à jour : Janvier 2017

Haut de page
  • Français
  • English