Etudes économiques
Malaisie

Malaisie

Population 31,186 millions
PIB par habitant 9500 $US
A4
Evaluation des risques pays
A3
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

   2014 2015 (p) 2016 (p) 2017 (p)
Croissance PIB (%) 6,0 5,0 4,0 4,3
Inflation (moyenne annuelle) 3,1 2,1 3,1 2,9
Solde budgétaire / PIB (%) 1 -2,7 -3,0 -3,3 -2,9
Solde courant / PIB (%) 4,4 3,0 2,2 2,0
Dette publique / PIB (%) 55,6 57,4 55,8 55,0

 

(e) Estimations (p) Prévisions

POINTS FORTS

  • exportations diversifiées
  • dynamisme du secteur des services
  • Bonnes infrastructures, R&D élevée
  • soutien de l’investissement à travers le développement du marché financier local et un accès élargi aux IDE

POINTS FAIBLES

  • économie dépendante de la demande externe
  • forte dépendance des recettes budgétaires aux performances du secteur gazier et pétrolier
  • endettement du secteur privé très élevé
  • érosion de la compétitivité prix de l’économie liée à un coût du travail élevé
  • persistance des disparités régionales

Appréciation du risque

La croissance devrait se stabiliser

Alors que l’activité a continué à ralentir en 2016, la croissance devrait légèrement augmenter en 2017. Les exportations d’hydrocarbures devraient bénéficier de la légère embellie des prix, notamment du pétrole. Néanmoins, ils resteront faibles et ne permettraient pas de retrouver les niveaux de croissance observés en 2014. Le pays exporte également des produits manufacturés à forte valeur ajoutée. Cependant, l’atonie de la demande mondiale devrait continuer à pénaliser ce segment alors que les exportations seront également affectées par la moindre demande de la Chine et le ralentissement de l’économie américaine. Néanmoins, malgré un niveau d’endettement élevé, la consommation des ménages devrait rester vigoureuse, le chômage et l’inflation resteraient contenus. Les ménages les plus modestes continueront à bénéficier de transferts sociaux importants et la politique monétaire devrait rester accommodante. La stabilisation du Ringgit et la baisse des prix alimentaires devraient permettre de contenir l’augmentation des prix.
Par ailleurs, malgré les efforts de consolidation budgétaire, les dépenses en infrastructures devraient rester importantes et les effets d’entrainement du programme de transformation économique continueront d’être positifs pour l’investissement privé et public avec, notamment, la construction d’une liaison ferroviaire à grande vitesse reliant Singapour à Kuala Lumpur.
Enfin, les secteurs liés au tourisme devraient continuer à souffrir des effets des deux catastrophes aériennes de la Malaysian Airlines intervenues en 2014 ainsi que de la dégradation du contexte sécuritaire à Bornéo. Mais le gouvernement devrait poursuivre ses efforts pour développer le tourisme et faire de Kuala Lumpur un hub pour le transport aérien.

 

Le solde budgétaire se redresse malgré la faiblesse du prix des hydrocarbures tandis que la situation extérieure reste solide

La consolidation budgétaire reste un des objectifs prioritaires du gouvernement. En 2017, le déficit budgétaire devrait continuer à se réduire. Malgré la faiblesse du prix des hydrocarbures et la baisse de l’imposition sur les sociétés qui contraignent les revenus, le gouvernement entend augmenter ses recettes grâce à la diminution des dépenses courantes, les revenus générés par la TVA introduites en 2015 et l’optimisation des dépenses administratives. Le redressement du solde budgétaire permettrait de réduire la dette publique qui restera, cependant, à un niveau élevé. L’Etat malais est également exposé à travers des engagements contingents qui pourraient représenter 15 % du PIB.
Par ailleurs, l’excédent courant devrait diminuer légèrement en raison de la dégradation de la balance commerciale qui s’explique par l’atonie du commerce mondial et la faiblesse du prix des matières premières.
Le niveau élevé des réserves de change (près de 7 mois d’importations) assurerait à la Malaisie une bonne capacité de résistance face à des sorties brutales de capitaux si le Ringgit devait subir des pressions baissières importantes dans un contexte de turbulences financières mondiales ou de scandale relatif au fond public 1MDB affectant le premier ministre. Néanmoins, la lenteur du resserrement de la politique monétaire de la Réserve Fédérale américaine aide à contenir les sorties de capitaux. Enfin, le secteur bancaire demeure suffisamment capitalisé et liquide. Néanmoins, le niveau élevé d’endettement des ménages et l’exposition des banques aux actifs étrangers constituent un risque.

 

Malgré les scandales, le premier ministre devrait rester au pouvoir jusqu’aux élections de 2018

En dépit de la victoire du parti du Premier Ministre, le Barisan Nasional (BN), les élections générales de mai 2013 ont confirmé un rééquilibrage des forces politiques et la montée en puissance de l’opposition initiée lors des élections de 2008. La légitimité du Premier Ministre, Najib Razak, a néanmoins été confirmée par sa victoire lors des élections internes du parti en octobre 2013. De plus, l’opposition a été affaiblie par une crise interne relative à la désignation du Ministre en chef de l’Etat du Selangor et la condamnation à cinq ans de prison de son leader, Anwar Ibrahim, pour une affaire de mœurs. Des membres de son parti appellent à sa démission et il a limogé son premier adjoint ainsi que le procureur général du pays, tous deux impliqués dans l’enquête. Il a également procédé à un remaniement ministériel en juin 2016 afin de s’entourer des membres les plus fidèles de son parti. Malgré ce scandale, la coalition de Najib Rzak ne devrait pas faire face à une grande opposition lors des élections législatives générales de 2018, l’opposition étant morcelée depuis que son leader est emprisonné. Depuis sa condamnation, l’opposition peine à se rassembler et ne bénéficie pas de la fragilisation de la coalition au pouvoir. En effet, le BN a remporté plusieurs élections législatives partielles en juin 2016.
Enfin, la gouvernance devrait continuer à s’améliorer : le gouvernement semble décidé à rendre le pays encore plus attractif pour les investisseurs.

 

Dernière mise à jour : Janvier 2017

Haut de page
  • Français
  • English