Etudes économiques
Maurice

Maurice

Population 1,3 million
PIB par habitant 11 228 $US
B
Evaluation des risques pays
A3
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

 

  2017 2018 2019 (e) 2020 (p)
Croissance PIB (%) 3,8 3,8 3,7 -8,0
Inflation (moyenne annuelle, %) 3,7 3,2 0,8 1,4
Solde public * / PIB (%) -3,3 -2,9 -3,2 -3,5
Solde courant / PIB (%) -5,8 -6,2 -7,6 -7,5
Dette publique / PIB (%) 64,3 66,2 68,6 69,4

(e) : Estimation. (p) : Prévision. * Année fiscale du 1er juillet - 30 juin. Données 2020 : AF19-20.

POINTS FORTS

  • Forte activité touristique
  • Bilinguisme anglais/français
  • Solidité du système bancaire
  • Institutions démocratiques et gouvernance efficace

POINTS FAIBLES

  • Dépendance commerciale et économique envers l’Europe et l’Asie (tourisme, construction)
  • Insularité et marché domestique réduit
  • Infrastructures défaillantes, surtout sur l’île Rodrigues
  • Manque de travailleurs qualifiés

Appréciation du risque

Une croissance robuste malgré le ralentissement de la demande extérieure

En 2020, la croissance devrait légèrement diminuer mais restera robuste, soutenue par la vigueur des services et de la construction. Favorisé par un régime fiscal très favorable, le secteur financier demeurera l’un des principaux moteurs de l’économie, notamment grâce aux activités d’investissements et services bancaires transfrontaliers. Toutefois, la suppression en mars 2019 de l’avantage fiscal accordé par l’Inde, principal partenaire du secteur, pourrait affecter son expansion. La diversification et l’ouverture récente vers d’autres marchés, comme l’Afrique, lui offrent cependant de belles opportunités. Par ailleurs, le tourisme pourrait continuer de pâtir d’une stagnation du nombre de visiteurs, notamment en provenance d’Europe et d’Asie, en lien avec la conjoncture économique. Il serait néanmoins résilient, s’appuyant en effet sur le développement de nouvelles liaisons aériennes, ainsi que sur les infrastructures hôtelières récemment construites. Le secteur de la construction restera bien orienté en 2020, porté par la montée en puissance de l’investissement public (7,6 % du PIB). La construction d’un nouveau terminal et d’une piste d’atterrissage, la poursuite des travaux de la ligne ferroviaire reliant Port-Louis à Curepipe, ou encore l’amélioration du réseau routier en sont les principales illustrations. La consommation des ménages conservera une bonne dynamique, bénéficiant de la croissance du crédit et des salaires, de la faible inflation, conséquence du prix bas des produits alimentaires et énergétiques importés, ainsi que des mesures sociales visant à soutenir le pouvoir d’achat. En revanche, la performance mitigée du secteur manufacturier devrait perdurer, pénalisée par des industries textiles et sucrières qui subissent la modération de la demande externe.

 

Politique budgétaire expansionniste maintenue

Pour l’année fiscale 2019/2020, l’orientation budgétaire reste expansionniste, et le déficit public devrait se détériorer. En effet, les dépenses augmenteront significativement, principalement pour financer la hausse des investissements et les nouvelles mesures sociales annoncées avant les élections, comme la revalorisation des pensions de vieillesse. De plus, l’élévation des seuils d’exemption de l’impôt sur le revenu grèvera les recettes, qui ne devraient que peu progresser. L’accumulation de déficits publics continue d’alimenter une dette publique dont le poids dans le PIB suit une tendance haussière. Toutefois, le risque de défaut demeure limité, cette dette étant presque exclusivement domestique, libellée en monnaie locale et contractée sur de longues maturités.

Après s’être détérioré l’année passée, le déficit courant devrait rester stable en 2020, toujours alimenté par un important déficit commercial (22 % du PIB). Alors que les exportations de biens continueront de stagner, les importations progresseront, portées par le dynamisme de la construction et de la consommation privée. L’excédent de la balance des services (8 % du PIB), principalement tiré par les recettes touristiques, se maintiendra. En outre, les rapatriements de profits des nombreuses sociétés offshore installées sur l’île soutiendront toujours l’excédent des revenus (10 % du PIB). Les flux d’IDE et d’autres investissements, drainés par le tourisme et le secteur financier, permettront de couvrir le déficit de la balance courante, tout en alimentant des réserves de change confortables, qui représentent environ 9 mois d’importations.

 

Le Premier ministre obtient la légitimité populaire

La coalition menée par le Premier ministre sortant Pravind Jugnauth, l’Alliance Morisien (centre-gauche), a remporté 42 sièges sur 70 aux élections législatives de novembre 2019, conservant ainsi une solide majorité. Pravind Jugnaulth était entré en fonction en 2017, à la suite de la démission de son père Sir Arnerood Jugnauth, lui-même nommé en 2014. Cet évènement avait affaibli la popularité de la coalition au pouvoir, accusée de népotisme, au même titre que la défection de l’un de ses partis constitutifs (Parti mauricien social-démocrate). La coalition souffre également de la perception croissante de clientélisme et de corruption, à l’image du scandale autour de la présidente Ameenah Gurib-Fakim, en mars 2018, accusée d’avoir utilisé une carte bancaire fournie par une ONG à des fins personnelles. Néanmoins, malgré ce contexte, l’Alliance Morisien et le Premier ministre ont donc conservé la confiance populaire.

Par ailleurs, Maurice demeure l’un des pays les mieux classés d’Afrique subsaharienne selon les indicateurs de gouvernance de la Banque Mondiale. La stabilité politique et la bonne gouvernance contribuent à un climat des affaires très compétitif au niveau international : le pays se classe ainsi au 13e rang sur 190 dans le classement Doing Business 2020. Cependant, les récentes révélations des Mauritius Leaks sur l’ampleur de l’optimisation ou évasion fiscale, favorisée par des taux d’imposition très bas dans le pays, pourraient avoir des répercussions sur la réputation de Maurice.

 

Dernière mise à jour : Mai 2020

Haut de page
  • Français
  • English