Etudes économiques
Papier

Papier

Papier
Asie-Pacifique
Europe centrale et de l'est
Amérique Latine
Moy-Orient & Turquie
Amérique du Nord
Europe de l'Ouest
Changer de secteur

Forces

  • Caractère durable et recyclable du papier
  • Forte demande émanant d’Asie
  • Utilisation croissante du papier d’emballage en raison du développement de l’e-commerce

Faiblesses

  • Demande de carton et de papier d’emballage très liée à la conjoncture économique
  • Substitution progressive du papier graphique par des supports digitaux compte tenu de l’utilisation croissante des technologies numériques

Appréciation du risque

Synthèse de l’appréciation du risque

Le secteur du papier est divisé en deux grands sous-segments : le papier graphique et l’emballage ; ces deux segments suivent des développements opposés. L’utilisation du papier graphique décline à mesure que se développe l’utilisation du numérique, alors que la consommation de carton et de papier d’emballage augmente, portée par le e-commerce d’une part et le caractère durable et recyclable du papier (comparativement à d’autres matériaux comme le plastique), d’autre part. La prise en compte des enjeux écologiques se traduit également par une croissance dynamique dans l’utilisation et la production de papier recyclé et par la nécessité d’innover sur les méthodes de production. Le papier était, en 2018, le produit le plus recyclé en Europe et 71,6 % du papier consommé était du papier recyclé d’après la Confédération des industries européennes du papier (CEPI). Cette tendance profiterait au secteur sur le long terme, car le papier peut être utilisé comme matériau alternatif dans divers domaines tels que l’emballage et la construction. Le secteur du papier est très innovant, ne cessant de chercher de nouvelles utilisations possibles pour ses produits, qui permettraient au secteur de se diversifier et d’être ainsi moins dépendant du papier graphique (qui est sur le déclin) et du papier d’emballage (très lié à la conjoncture économique).

Le secteur est grandement dépendant des prix de la pâte à papier, qui après avoir augmenté en 2017 et 2018, ont chuté en 2019, à cause du ralentissement économique en Chine. La Chine importe à elle seule 35 % des exportations mondiales de pâte de bois. La variation des prix de la pâte à papier va avoir des effets très différents sur les différents acteurs du secteur selon qu’ils soient producteurs de pâte à papier ou de papier, la pâte à papier étant utilisée comme intrant pour les producteurs de papiers.

L’année 2020 sera difficile pour le secteur. La consommation de papier graphique devrait continuer de baisser, suivant la tendance observée ces dernières années. La consommation de carton et papier d’emballage, étant plus pro-cyclique, devrait décélérer avec le ralentissement de l’activité.

Analyse approfondie du secteur
La transition vers le numérique et le e-commerce transforme le secteur

L’utilisation du papier graphique est sur une pente descendante, les outils numériques (smartphones, liseuses, journaux en ligne…) se substituant aux supports papier. Ainsi, entre 2013 et 2018, la consommation de papier graphique dans les pays de la Commission économique pour l’Europe des Nations unies (CEE-ONU, qui regroupe l’Europe, l’Amérique du Nord et la Communauté des États indépendants (CEI)) a baissé de 18 % (soit 4 % par an). Cette diminution est commune aux trois régions de la CEE-ONU, l’Amérique du Nord étant celle qui a subi la plus forte baisse (- 21 %). Conséquence de cette demande sur le déclin, les fabriques de papiers reconvertissent leurs machines dans la production de papier d’emballage, ce qui conduit à une baisse de la capacité de production de papier graphique au profit du papier d’emballage. Cette tendance devrait se poursuivre dans les années qui viennent.
La consommation de papier d’emballage gagne en effet en popularité, tirée par le développement du e-commerce et l’utilisation accrue du papier comme matériau alternatif à d’autres emballages, tel que le plastique, jugés plus polluants. La consommation de carton et de papier d’emballage a augmenté de 11 % entre 2013 et 2018, en CEE-ONU.

 

Cette tendance de transition du papier graphique vers le numérique et de hausse de production des papiers d’emballage est commune à toutes les régions du monde.

La croissance économique de l’Asie-Pacifique (notamment la Chine) a développé la consommation et la production de papier de la région. Ainsi, en 2017, l’Asie produisait 46,4 % de la production mondiale de papier et carton. Elle est donc obligée d’importer de la pâte à papier comme intrant pour ses usines de fabrication de papier et carton, bien qu’elle produise déjà 22 % de la production mondiale de pâte à papier. La Chine a ainsi représenté 38 % des importations mondiales de pâte à papier, principalement d’Amérique latine et d’Amérique du Nord en 2018.

 

Le secteur du papier durement touché par le ralentissement économique

Les cours mondiaux de la pulpe de bois baissent principalement en raison du ralentissement économique et de la baisse de la demande chinoise. La baisse des cours de la pulpe de bois aura un effet différent selon les acteurs. Cette tendance sera en effet bénéfique aux producteurs de papier (qui utilisent la pulpe comme intrant), mais fera baisser les marges des producteurs de pulpe. Les plus gros exportateurs de pâte à papier au monde, à savoir le Brésil, le Chili, l’Union européenne, les États-Unis et le Canada, devraient donc être négativement impactés par la chute des cours.

De plus, le ralentissement de l’activité économique en Chine (5,8 % en 2020 après 6,1 % en 2019 et 6,6 % en 2018 d’après les prévisions Coface) pèsera sur l’ensemble des gros exportateurs de pâte de papier, la Chine important 35 % des exportations mondiales.

Aux États-Unis, la production de papier a baissé de 3,3 % au troisième trimestre (T3) en glissement annuel. La Chine a décidé de ne pas imposer de droits de douane supplémentaires sur les produits américains suite à la première phase de l’accord commercial signé entre les États-Unis et la Chine le 13 décembre 2019. Plus de 30 % des exportations de papier et de pâte à papier américaines étaient à destination de la Chine en 2017, ces droits de douane sur le papier auraient donc négativement impacté les producteurs américains, d’autant que les prix ont baissé sur l’ensemble de l’année 2019 et Coface s’attend à ce que cette tendance se poursuive cette année. La consommation américaine de papier devrait ralentir en 2020 suite à la baisse de la consommation de papier graphique et au ralentissement économique (1,3 % en 2020 après 2,2 % en 2019 et 2,9 % en 2018). Au Canada, la production de papier diminue fortement : - 10,6 % au T3 2019 après - 1,6 % un an auparavant, cela s’explique en partie par le ralentissement de la croissance économique chinoise.

En Europe, la consommation de papier a diminué en 2018 (- 1,2 %). Cette diminution est à la fois liée à la baisse de la consommation de papier graphique (- 4 %) et à la légère diminution de la consommation de papier d’emballage (- 0,1 %), suite au ralentissement économique en 2018. Coface prévoit une légère diminution de la croissance en Europe en 2020 (1,3 % après 1,4 % en 2019) ; la consommation de papier devrait donc continuer de diminuer cette année. La production de papier a légèrement diminué en 2018 (- 0,1 %), la hausse de production de papier d’emballage (1,4 %) n’étant pas suffisante pour compenser la baisse de production de papier graphique (- 3 %). La production de papier dans son ensemble (principalement le papier graphique et le papier d’emballage) devrait continuer de baisser en 2020, dans le sillage des tendances de 2019. Ceci, en raison de la poursuite de la diminution de la production de papier graphique ainsi que celle de la production de papier d’emballage estimées en 2019 par rapport à 2018, dues à la réduction de la consommation de papier dans l’ensemble.

En CEI, la production de papier et carton a ralenti en 2019 (1,2 % après 3,8 % en 2018). Ce ralentissement est en grande partie lié à la Russie qui, en 2018, produisait 84 % de la production de la région, cette dernière ayant été frappée par le ralentissement économique en Russie en 2019 (1,1 % après 2,3 % en 2018). Coface prévoit un léger rebond de la croissance en Russie en 2020 (1,7 %) qui devrait entraîner une accélération de la production de papier. La consommation de papier et carton en CEI a ralenti en 2019 (0,6 % après 2,6 % en 2018) suite au ralentissement économique dont les pays de cette région ont également pâti (1,8 % après 2,7 % en 2018). L’activité devrait cependant accélérer en 2020 (2,3 %) et tirer ainsi la croissance de la consommation de papier de la région vers le haut.

Concernant l’Amérique latine, au Brésil, la production de papier et de pâte à papier a diminué de 2,5 % de janvier à juillet 2019 en glissement annuel. Les exportations de pâte à papier ont diminué de 1 % entre janvier et août 2019 en glissement annuel. Le Chili, qui est le 4e exportateur mondial de pâte de bois, a vu sa production de pâte à papier et de papier reculer de 2,7 % au T2 2019, en baisse par rapport à + 0,9 % au T1 de 2019. Les exportations de pâte à papier et de papier ont chuté de 17 % par rapport à l’année précédente entre janvier et août 2019 (en valeur). La pression de la Chine sur les prix de la pâte et suite à son ralentissement économique a fait baisser les prix à l’exportation, ce qui a limité les revenus des fabricants de pâte.

 

Dernière mise à jour : février 2020

Haut de page
  • Français
  • English