Etudes économiques
Philippines

Philippines

Population 102,152 millions
PIB par habitant 2 862 $US
A4
Evaluation des risques pays
B
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2014 2015  2016 (e) 2017 (p)
Croissance PIB (%) 6,2 5,9 6,8 6,8
Inflation (moyenne annuelle) 4,2 1,4 2,0 3,4
Solde budgétaire / PIB (%) 0,9 0,2 -0,4 -1,5
Solde courant / PIB (%) 3,8 2,9 1,8 1,4
Dette publique / PIB (%) 36,4 36,3 34,8 33,8

(p) Prévisions

POINTS FORTS

  • Performance dans l’électronique (moitié des exportations).
  • Rôle important des transferts des travailleurs expatriés.
  • Secteur d’externalisation des services d’entreprise (BPO) en plein essor.

POINTS FAIBLES

  • Faible niveau d’investissement. Manque et vétusté des infrastructures.
  • Lacunes en termes de gouvernance et niveau élevé de corruption.
  • Inégalités et forte croissance démographique.

Appréciation du risque

La croissance devrait rester soutenue malgré des conditions climatiques défavorables

En 2017, l’économie devrait rester dynamique et la consommation des ménages serait le principal moteur de l’activité (70 % du PIB). Elle devrait en effet continuer à bénéficier d’importants transferts de la part des expatriés et de la progression rapide du crédit. Le pouvoir d’achat ne serait pas trop pénalisé par l’inflation qui resterait modérée (bien qu’en hausse) et à l’intérieur de la zone cible de la banque centrale (2%- 4%). L’investissement devrait continuer à croître suite à la volonté du nouveau gouvernement de dédier 5% du budget à l’investissement dans les infrastructures au travers de partenariats publics-privés (le budget dédié à ce ministère a été multiplié par trois depuis 2011). Les filières des transports, de la communication et de l’entreposage seront des secteurs particulièrement dynamiques. En 2016, le secteur agricole avait souffert de fortes températures engendrées par El Niño entraînant une perte de 4,5% de la production uniquement entre janvier et mai 2016. En 2017, les conditions climatiques devraient, en revanche, s’améliorer avec El Niña.

 

La situation financière du pays reste très solide

En 2017, le solde budgétaire devrait se dégrader en raison de l’augmentation des dépenses allouées à la reconstruction et au développement des infrastructures. Néanmoins, la dette publique continuerait à baisser. Par ailleurs, bien que le gouvernement ait rencontré des difficultés d’exécution budgétaire et que les dépenses publiques aient été inférieures aux prévisions en 2016, celles-ci devraient rebondir, le budget 2017 voté mettant l’accent sur les investissements publics.
Du côté des comptes extérieurs, les Philippines devraient continuer à enregistrer un excédent courant en 2017. Néanmoins, la balance commerciale devrait se dégrader en raison de la progression rapide des importations stimulées à la fois par la consommation des ménages et les besoins d’intrants pour l’industrie, particulièrement dans le secteur des télécommunications qui est poussé par le développement rapide de la sous-traitance. Les exportations, quant à elles seraient en baisse, l’ultra-dépendance des Philippines au secteur de l’électronique et les faibles résultats de ce dernier seraient, en partie, à l’origine de cette diminution. Les transferts des expatriés se sont montrés robustes en 2016 et cette tendance devrait persister. Les investisseurs restent prudents comme en atteste la position du peso philippin vis-à-vis du dollar. Dans ce contexte, les réserves de change devraient rester à un niveau très confortable. En outre, la réforme du secteur bancaire a permis une réduction sensible du taux de créances douteuses.

 

Le nouveau président des Philippines, engagé dans ses promesses de campagnes, est un personnage politique atypique

Rodrigo Duterte, ancien maire de Davao, a été élu à la présidence le 9 mai 2016 pour succéder à Benigno Aquino. Il a remporté une victoire surprise face à son opposant, Manuel Roxas, favori du président sortant. Le nouveau président a amorcé un rapprochement avec les autorités chinoises au risque de se distancier de l’allié historique, les Etats-Unis, afin de calmer les tensions en mer de Chine. La coopération avec les pays voisins dans la lutte contre le terrorisme et le piratage s’intensifie, une alliance avec l’Indonésie et la Malaisie étant en cours de préparation. Suite à l’explosion d’une bombe à Davao en septembre 2016, qui fut revendiquée par le groupe radical Abu Sayyaf, Rodrigo Duterte a déclaré l’état d’urgence. Cette déclaration, à laquelle on peut aussi ajouter les propos fallacieux du président, pourrait se traduire par une défiance des marchés étrangers.
Enfin, un processus de paix a été engagé avec le Front National de Libération de Moro (MNLF) et le Front Islamiste de Libération de Moro (MILF), en vue de mettre fin au conflit qui touche le sud des Philippines.

 

Dernière mise à jour : Janvier 2017 

Haut de page
  • Français
  • English