Actualités & Publications
11/03/2021
Publications économiques

Moyen-Orient et Afrique : la volatilité des prix du pétrole entraîne des effets variables sur les pays producteurs

Moyen-Orient et Afrique : la volatilité des prix du pétrole entraîne des effets variables sur les pays producteurs

L'impact négatif de la pandémie COVID-19 sur la croissance du PIB mondial et le volume des échanges commerciaux a provoqué une forte baisse des prix du pétrole. Après être tombé à 15 dollars à la mi-avril, le prix du Brent est remonté à 41,7 dollars en moyenne pour l'année 2020, contre 64,3 dollars en 2019. Coface s'attend à ce que les prix du pétrole restent volatils au cours des prochains trimestres, avec une prévision moyenne pour 2021 de 60 dollars par baril au moment de la rédaction du présent rapport. Cette chute temporaire des prix a affecté différemment les exportateurs de pétrole du Moyen-Orient et de l'Afrique, en fonction de la dépendance de leur production nationale au pétrole, ainsi que de leur solidité budgétaire et de leurs réserves internationales. Des pays comme Oman, l'Iran, l'Angola, le Congo et la Guinée équatoriale ont un degré de dépendance pétrolière plus élevé en termes de PIB. Bahreïn, l'Algérie, le Tchad et le Nigeria ont une part plus faible de leur production nationale qui dépend du secteur des hydrocarbures, mais sont très dépendants du pétrole en termes d'exportations et de recettes fiscales. Par conséquent, ces deux catégories sont confrontées à un risque plus élevé de perturbation économique en raison de la volatilité des prix de l'énergie.

Les pays disposant de réserves internationales plus importantes et de solides tampons financiers (Arabie saoudite, Abu Dhabi, Koweït et Qatar - l'Algérie et la Libye font exception, car leurs tampons servent à éponger les déficits (Algérie) ou ont été gelés par l'ONU (Libye) - peut disposer d'une plus grande puissance de feu budgétaire. Toutefois, la détérioration de leur situation financière (déficit budgétaire plus important et augmentation de la dette publique) les en empêchera. De plus, les investissements dans le pétrole et le gaz ont été reportés ou ont vu leur réalisation ralentie. En conséquence, ces pays sont de plus en plus intéressés par des investissements dans des activités autres que le pétrole. Les énergies renouvelables peuvent donc représenter pour eux une source importante de diversification (Émirats arabes unisArabie saoudite), aux côtés du tourisme classique, de la finance, des transports et de la construction (QatarÉmirats arabes unis), de l'agriculture, de la sylviculture et d'autres activités extractives (CamerounTchadCongoGabon).

Allez plus loin en téléchargeant notre publication (en anglais uniquement)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Télécharger la publication : Moyen-Orient et Afrique : la volatilité des prix du pétrole entraîn... (756,20 kB)

Contact


Antonella VONA

Directrice Marketing & Communication
TeL. : +39 (02) 48 33 56 40  
Email: antonella.vona@coface.com 

Haut de page
  • Français
  • English