Etudes économiques
Australie

Australie

Population 25,7 millions
PIB par habitant 52 905 $US
A2
Evaluation des risques pays
A1
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2019 2020 2021 (e) 2022 (p)
Croissance PIB (%) 1,9 2,4 4,1 4,0
Inflation (moyenne annuelle, %) 1,6 0,8 2,7 1,9
Solde public / PIB (%)* -4,3 -6,5 -5,0 -4,6
Solde courant / PIB (%) 0,7 2,7 3,6 1,3
Dette publique / PIB (%)* 46,6 57,3 62,1 66,4

(e) : Estimation (p) : Prévision *Année fiscale 2022: Juillet 2022 - Juin 2023

POINTS FORTS

  • Proximité géographique d'économies asiatiques dynamiques, membre du RCEP.
  • Qualité de vie attrayante, l'immigration contribuant à la croissance démographique.
  • Riche dotation en ressources minérales
  • Niveaux modérés de la dette publique
  • Fort potentiel touristique

POINTS FAIBLES

  • Exposé à la volatilité des prix des matières premières (en particulier le minerai de fer, le charbon et le GNL).
  • L'économie reste dépendante de la demande chinoise
  • Endettement substantiel des ménages (183% du revenu disponible brut)
  • Pénurie d'infrastructures en raison de l'étendue du territoire du pays
  • Vulnérabilité au changement climatique (feux de brousse et sécheresses)
  • Disparité entre les États fédérés

appréciation du risque

Une reprise accélérée grâce à la réouverture de l'économie

La croissance devrait s'accélérer modestement en 2022, l'Australie continuant à rouvrir son économie et à assouplir les restrictions aux frontières. Les taux de vaccination élevés permettent à l'Australie d'aller de l'avant avec un plan « Covid normal ». Néanmoins, l'éventualité d'un nouveau revers dû à une autre épidémie constitue un risque majeur pour les perspectives économiques de l'Australie. L'assouplissement des restrictions devrait contribuer à une reprise plus ferme de la consommation des ménages (53% du PIB) en 2022, soutenue par une reprise soutenue de l'emploi et une hausse de l'épargne accumulée. L'augmentation de l'épargne avait contribué à renforcer les bilans des ménages au cours du second semestre de 2020 et du premier trimestre de 2021, mais le taux d'épargne des ménages est reparti à la hausse au troisième trimestre 2021 après être tombé à 9,7% au trimestre de juin, l'épidémie du variant Delta ayant temporairement limité les possibilités de consommation.

   
Les emprunts des ménages ont augmenté, portant l'encours de la dette des ménages à 126,1% du PIB (et 183,2% du revenu disponible) au deuxième trimestre 2021, et pourraient freiner la croissance des dépenses des ménages. La hausse de l'endettement des ménages est en partie liée au rebond du marché immobilier dans un contexte de taux d'intérêt historiquement bas. La forte croissance du crédit immobilier a suscité des inquiétudes quant à la stabilité financière, ce qui a entraîné un resserrement des restrictions sur les prêts immobiliers. À moins d'une nouvelle intervention des autorités, comme un resserrement des plafonds d'endettement ou des hausses de taux d'intérêt, le marché du logement devrait continuer à progresser, ce qui sera positif pour le secteur de la construction (7% du PIB). Le secteur minier (10% du PIB) devrait rester en position de force, car les prix mondiaux des matières premières demeurent à des sommets pluriannuels. La tendance à l'électrification à long terme profite également aux entreprises d'extraction de lithium et de nickel. Dans le même temps, le tourisme (3,1% du PIB pour l'exercice 2018-19) devrait connaître un redressement progressif avec la reprise des voyages internationaux en 2022.

 
L'inflation reste faible, même si elle a augmenté en 2021 en raison de la hausse des prix du pétrole et des perturbations de la chaîne d'approvisionnement mondiale. La croissance des salaires reste modeste, en particulier dans le secteur public. En outre, la réouverture de l'économie et l'assouplissement des restrictions aux frontières pourraient attirer davantage de travailleurs temporaires qui reviendraient sur le marché du travail, favorisant ainsi une hausse du taux d'activité qui devrait limiter les pressions salariales à la hausse.

 
Parallèlement, la croissance des exportations australiennes (25% du PIB), dominées par les ressources et l'énergie (78% des exportations totales), devrait rester robuste dans un contexte de prix élevés des matières premières et de poursuite de la reprise mondiale. Toutefois, les efforts de la Chine pour limiter sa production d'acier et diversifier ses sources d'importation de minerai de fer, ainsi qu'une nouvelle reprise de l'offre brésilienne, auraient un impact négatif sur les prix du minerai de fer australien. Les frais de transport élevés pèseraient sur la rentabilité des entreprises du secteur des ressources naturelles.

 

Le déficit budgétaire devrait se réduire

Les recettes publiques devraient augmenter plus rapidement que les dépenses, ce qui contribuera à réduire le déficit budgétaire. Des recettes plus importantes que prévu ont permis de réduire le déficit de trésorerie en 2020-21, qui est passé de 161 milliards d'AUD (-7,8% du PIB) à 134 milliards d'AUD (-6,5% du PIB). Pour 2021-22, le budget de 589,3 milliards d'AUD (27,6% du PIB) prévoit 7,8 milliards d'AUD supplémentaires de réductions d'impôts pour les revenus faibles à moyens, 20,7 milliards d'AUD supplémentaires d'allégements de l'impôt sur les sociétés et 15,2 milliards d'AUD supplémentaires sur dix ans pour financer des projets d'infrastructure. La dette publique devrait encore augmenter, mais les risques externes devraient être limités car la participation étrangère aux titres du gouvernement australien (AGS) est passée de 53,5% en juin 2020 à 48,8% en juin 2021, en partie grâce au programme d'achat d'obligations de la Reserve Bank of Australia (RBA).

 
L'Australie a enregistré des excédents de la balance des comptes courants pendant plusieurs trimestres consécutifs depuis le T2 2019, soutenus par un excédent commercial croissant qui, à son tour, est soutenu par de fortes exportations de matières premières. Nous nous attendons à ce que l'excédent de la balance courante se maintienne en 2022, bien que de moindre ampleur, en raison d'un retour potentiel d’un déficit commercial des services, l'assouplissement des contrôles aux frontières devant stimuler les importations de services de voyage. Les tensions commerciales prolongées entre la Chine et l'Australie devraient toutefois continuer à peser sur certaines exportations australiennes vers la Chine, notamment le charbon. Dans le même temps, le déficit des revenus d'investissement devrait se réduire en 2022 avec la reprise des investissements directs, même si la détérioration des relations entre la Chine et l'Australie pourrait limiter la croissance des investissements chinois en Australie.

 

Une course serrée est attendue pour les élections fédérales de 2022

La coalition libérale-nationale de centre-droit, dirigée par le Premier ministre Scott Morrison, détient une petite majorité à la Chambre des représentants (77 sièges sur 151, soit 50,9%), l'opposition travailliste étant à 45% (68 sièges). Au Sénat, qui est investi d'un pouvoir important, la coalition gouvernementale détient 47% des sièges et les travaillistes 34%, les partis minoritaires (19%), en particulier les Verts, détenant la balance du pouvoir. Le soutien à M. Morrison a diminué et reste fragile, mais le parti travailliste n'est pas en position de force pour gagner davantage de soutien, car des questions pré-pandémiques telles que la politique climatique et les scandales politiques risquent de refaire surface avant les élections (qui devraient se tenir entre mars et mai), ce qui pourrait affaiblir la stabilité du gouvernement.

 

Dernière mise à jour : Février 2022

Paiement

Le système de paiement comprend :

  • espèces : Chèques personnels et chèques bancaires utilisés pour les transactions nationales et internationales ;
  • carte de crédit ;
  • transactions électroniques : elles comprennent les transactions électroniques en point de vente, les applications mobiles, les transferts électroniques de fonds (TEF) et les transactions en ligne ;
  • les TEF et les virements bancaires SWIFT sont le moyen de paiement le plus communément utilisés pour les transactions internationales. La majorité des banques sont rattachées au réseau SWIFT ;
  • le Continuous Linked Settlement System (CLS) dont fait désormais partie le dollar australien, et qui permet de traiter simultanément les deux volets des transactions de change.

Recouvrement des créances

Phase amiable

Les parties sont encouragées à négocier et à prendre de « réelles mesures » pour régler les litiges commerciaux avant d’engager des procédures judiciaires. Les parties à la Cour fédérale et la Cour de circuit fédérale doivent déposer une déclaration de « réelles mesures ». Les négociations en vue d'un règlement et les conférences informelles de règlement avec l'autre partie sont des exemples de ces mesures.

 

Procédure judiciaire

Si la phase amiable échoue, on fait appel à une procédure ordinaire. Toutefois, la Cour suprême de la Nouvelles-Galles du Sud (NSW) a dressé une liste spéciale des litiges commerciaux : lorsqu’une affaire est identifiée comme relevant de cette liste, elle est activement gérée par la cour, qui tente de lui assurer une résolution efficace. Des listes similaires sont utilisées pour les litiges commerciaux par les Cours suprêmes de Victoria (Vic), d’Australie méridionale (WA) et du Queensland (Qld).

En cas d’impayé d’une créance d’entreprise exigible, non contestée et supérieure à 2 000 AUD, le créancier peut émettre une sommation de payer, exigeant le paiement dans un délai de 21 jours. Si le débiteur ne paie pas la créance dans le délai prescrit ou s’il ne demande pas au tribunal l’annulation de la sommation, le créancier pourra présenter une demande de liquidation de la société du débiteur. Cette dernière sera considérée comme insolvable trois mois après. Pour les particuliers, la procédure est similaire, mais la procédure doit être engagée auprès de la Cour de circuit fédérale.

En NSW, dans le cadre d’une procédure de recouvrement de créance, une requête doit être remise personnellement au débiteur, qui doit alors payer la dette, ou présenter sa défense au créancier dans un délai de 28 jours. En l’absence de défense dans ce délai, un jugement par défaut sera rendu. Les délais sont différents selon les États. Si le débiteur présente une défense, le tribunal ordonnera la préparation de l’affaire en vue de son examen en audience. C’est pendant cette phase qu’ont généralement lieu les activités de communication, de préparation et d’échange des preuves qui seront présentées lors de l’audience.

Au cours de la phase préliminaire, les parties peuvent demander et échanger les détails de la requête ou de la défense présentée par l’autre partie. Elles peuvent échanger des documents visés dans la requête ou la défense, notamment des copies des factures impayées concernées et des relevés de compte. Si la communication des pièces est ordonnée, les parties devront échanger tous les documents pertinents pour leur action. Autrement, l’ensemble des documents sur lesquels les parties souhaitent s’appuyer au cours de l’audience doivent être inclus dans les preuves des parties. Avant de rendre son jugement, le tribunal instruira et entendra, le jour de l’audience principale, tous les témoins, également interrogés par les avocats respectifs de chaque partie, avant de rendre son jugement. Les demandes simples peuvent être résolues dans un délai de quatre à six mois, celles plus contestées peuvent prendre jusqu’à une année.

Si une partie n’est pas satisfaite du jugement rendu par le tribunal, elle peut formuler un recours. En général, les recours contre les décisions des Cours suprêmes sont présentés devant la cour d’appel de chaque État/territoire. Les recours ultérieurs sont traités par la Haute Cour d’Australie, située à Canberra. Toutefois, la partie cherchant à former un recours doit en demander l’autorisation et persuader le tribunal du bien-fondé de son recours au cours d’une audience préliminaire.

Les Local Courts ou Magistrates Courts (selon l’État/territoire) traitent les litiges portant sur un montant maximum de 50 000 AUD en Tasmanie (Tas), 75 000 AUD en Australie occidentale (WA), 100 000 AUD (NSW, Vic, South Australia (SA)), 150 000 AUD (Qld) ou 250 000 AUD (Australian Capital Territory (ACT), Northern Territory (NT)). Au-delà de ces divers seuils, les affaires dont l’enjeu s’élève jusqu’à 750 000 AUD dans la NSW, WA, ou le Qld sont portées devant la County Court ou la District Court. Ces tribunaux n’existent pas en Tasmanie, NT ou ACT. Les affaires portant sur des montants supérieurs à 750 000 AUD en NSW, Qld, SA et WA sont jugées par la Cour suprême de chaque État. Dans le Victoria, la County Court et la Cour Suprême ont une compétence illimitée. Dans les autres États et territoires, la Cour suprême traite les affaires portant sur des montants supérieurs à :  250 000 AUD dans NT; 250 000 AUD dans ACT ; et 50 000 AUD en Tasmanie.

Exécution d’une décision de justice

Une décision est exécutoire dès lors qu’elle est rendue par le tribunal. Le plaignant dispose d’un délai de 15 ans à partir du moment où le jugement est rendu, pour demander l’exécution d’une décision australienne par avis d’enquête, saisie-arrêt ou mandat exécutoire. Un avis d’enquête oblige le débiteur à fournir des informations sur ses actifs et sa situation financière afin d’aider à établir une stratégie de recouvrement. Il doit être demandé auprès du tribunal après énoncé de la décision. Une saisie-arrêt permet au créancier de recouvrir sa dette directement sur le compte bancaire ou le salaire du débiteur, ou encore auprès des débiteurs du débiteur, afin de rembourser le principal et les intérêts. Le mandat exécutoire ordonne à un shérif la saisie-vente des biens du débiteur au profit du créancier en paiement de la créance (majorée des intérêts et des coûts) qui lui est due. L’application des sentences étrangères en Australie est régie principalement par des régimes législatifs et les principes de la common law, tels que la procédure d’exequatur. En outre, la reconnaissance de ces sentences dépend de l’existence ou non d’un accord réciproque de reconnaissance et d’exécution des jugements entre l’Australie et le pays émetteur.

Procédures d’insolvabilité

Redressement judiciaire

Une société débitrice peut être placée en redressement judiciaire par ses dirigeants, ou par les créanciers à qui la société débitrice doit de l’argent. L’administrateur prendra le contrôle total de la société, enquêtera sur ses activités, ses biens, ses affaires et sa situation financière et fera part de ses conclusions aux créanciers. Trois options sont ouvertes aux créanciers : interrompre le redressement et remettre la société entre les mains du/des dirigeant(s) ; approuver un accord par lequel la société paiera tout ou partie de ses créances ; ou liquider la société.

 

Administration judiciaire

Un administrateur judiciaire est désigné par un créancier garanti détenteur d’une sûreté ou d’une charge sur tout ou partie des actifs de la société. Sa fonction principale est de récupérer et vendre les actifs de la société pour rembourser la dette due aux créanciers garantis. Si ce processus n’aboutit pas, une procédure de liquidation peut être engagée.

 

Liquidation

Les créanciers ou un tribunal peuvent liquider la société et nommer un liquidateur, qui collecte, protège et réalise les actifs de la société en espèces, maintient les créanciers informés sur les affaires de la société et distribue le produit de la vente de ses actifs. Une fois la liquidation terminée, la société est ensuite radiée du registre du commerce.

 

Faillite 

Les créanciers qui ont une dette de jugement supérieure à 5 000 dollars peuvent signifier au débiteur un avis de faillite. Le débiteur doit payer la dette ou demander l'annulation de l'avis de faillite dans les 21 jours suivant la signification, sinon le débiteur sera présumé insolvable. Le créancier peut demander à la Federal Circuit Court de faire faillite et de nommer un mandataire de faillite pour la succession du débiteur. Le mandataire perçoit, protège et réalise les actifs du débiteur en liquide, tient les créanciers informés des affaires du débiteur et distribue tout produit de la vente des actifs du débiteur. En général, la faillite dure trois ans, mais elle peut être prolongée si le débiteur ne coopère pas avec le mandataire.

Courbe des faillites Australie
Haut de page