Etudes économiques
Uruguay

Uruguay

Population 3,5 millions
PIB par habitant 16 023 $US
A4
Evaluation des risques pays
A3
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2019 2020 2021 (e) 2022 (p)
Croissance PIB (%) 0,4 -5,9 3,2 3,0
Inflation (moyenne annuelle, %) 7,9 9,8 7,8 6,1
Solde public / PIB (%) -3,4 -6,1 -5,5 -3,8
Solde courant / PIB (%) 1,6 -0,6 -1,0 -1,0
Dette publique / PIB (%) 60,7 74,3 73,0 72,0

(e) : Estimation (p) : Prévision

POINTS FORTS

  • Ressources agricoles et forestières abondantes
  • Homogénéité sociale (couverture sanitaire universelle, éducation gratuite) et stabilité institutionnelle
  • Politique de réforme active (environnement des affaires, finances publiques, couverture sociale)
  • Importants investissements directs étrangers
  • Membre du Mercosur, relations commerciales préférentielles avec l'UE et les États-Unis.

POINTS FAIBLES

  • Vulnérabilité aux prix des produits de base (soja, bœuf, produits laitiers, bois, riz)
  • Dépendance à l'égard des conditions économiques argentines, brésiliennes (tourisme) et chinoises (matières premières).
  • Infrastructures de transport inadéquates
  • Compétitivité réduite en raison de l'inflation élevée et de la rigidité du marché
  • Dette publique (atténuée par une échéance plus longue et une dénomination en dollars de moins en moins importante)

Appréciation du risque

 L'activité retrouvera le niveau pré-pandémique en 2022

En 2022, l'économie retrouvera son niveau d'avant la pandémie, même si la croissance devrait perdre un peu de son élan. La consommation des ménages (63 % du PIB) devrait être le moteur de l'activité, alors que le taux de chômage continue de baisser, notamment grâce à un rebond complet du tourisme en 2022. Ce secteur est un pilier de l'économie et représentait 16,4 % du PIB et 16,3 % de l'emploi en 2019, avant le choc COVID-19. Le pays a mis en œuvre l'une des campagnes de vaccinations COVID-19 les plus rapides de la région, ce qui a contribué à une forte amélioration de la crise sanitaire. Le 1er novembre 2021, l'Uruguay a rouvert ses frontières aux étrangers entièrement vaccinés. Toutefois, la moindre dépréciation subie par le peso uruguayen par rapport aux monnaies des pays voisins, le Brésil et l'Argentine, pourrait quelque peu freiner l'élan touristique du pays. Entre-temps, l'expansion des exportations (qui comprennent la viande bovine, le soja, les produits laitiers, le riz et les produits du bois et représentent 25 % du PIB) ralentira par rapport à la forte progression enregistrée en 2021, car la croissance de ses principaux partenaires commerciaux (Chine, Brésil et Union européenne) perd de sa vigueur. De plus, La Niña représente un risque baissier pour la récolte 2021/2022. Enfin, l'investissement fixe brut devrait continuer à croître et être principalement orienté vers les industries liées à l'exportation et la poursuite de la construction de l'usine de pâte à papier UPM. 

 

Le déficit des comptes courants restera léger, l'assainissement budgétaire se poursuivra lentement

Le déficit de la balance courante s'est légèrement creusé en 2021, principalement en raison de l'augmentation du déficit des revenus primaires due au rapatriement accru des bénéfices des sociétés étrangères. En outre, le compte des services est devenu déficitaire, car les dépenses de fret ont augmenté et les revenus des voyages ont continué à baisser. En fait, l'Uruguay a été frappé par la COVID-19 en mars 2020, donc juste après la haute saison touristique qui va de fin décembre à février. En revanche, en 2021, les frontières ont été fermées jusqu'à début novembre. Malgré tout, la balance commerciale a enregistré un excédent plus élevé, la reprise des exportations ayant dépassé la hausse des importations. En ce qui concerne le financement, l'investissement direct étranger a rebondi en 2021 et a pu couvrir confortablement le déficit du compte courant. Enfin, en septembre 2021, les réserves de devises étrangères s'élevaient à 17,1 milliards de dollars, couvrant environ 21 mois d'importations. En 2022, le déficit de la balance courante devrait rester assez stable. D'un côté, l'excédent commercial devrait se réduire quelque peu, sous l'effet de la baisse de la croissance mondiale et de la hausse des importations de pétrole dans un contexte de prix internationaux élevés. D’un autre côté, la balance des services devrait redevenir excédentaire, grâce à une reprise des recettes des voyages.

 
En ce qui concerne les comptes publics, le déficit budgétaire s'est timidement réduit en 2021. Ceci est principalement dû à l'amélioration des recettes fiscales dans un contexte de reprise de l'activité, tandis que les dépenses sont restées élevées en raison de l'extension des dépenses d'urgence liées à la pandémie. Cette année, l'assainissement budgétaire progressif devrait se poursuivre. Le budget 2022 envisage des réductions de dépenses notamment liées aux salaires et aux transferts sociaux, mais aussi aux investissements et aux dépenses de fonctionnement. Cela pourrait néanmoins s'avérer politiquement difficile et se voir quelque peu édulcoré par une farouche opposition syndicale. En outre, le gouvernement continue de compter avec l'un des coûts d'emprunt les plus bas d'Amérique latine. Si la dette publique est importante et a augmenté en raison de la crise, les autorités ont progressivement augmenté sa part libellée en monnaie locale et allongé sa maturité moyenne, réduisant ainsi sa vulnérabilité.

 

Le soutien populaire élevé du président Lacalle Pou permettra probablement d'éviter une abrogation partielle de sa loi sur les considérations urgentes (LUC)

Luis Lacalle Pou, du Partido Nacional (PN) de centre-droit, entré en fonction en mars 2020 pour un mandat de cinq ans, ne compte pas avec une majorité absolue à l'Assemblée générale bicamérale de l'Uruguay. Toutefois, grâce à une coalition « arc-en-ciel » comprenant le PN et quatre autres partis allant du centre-droit (Partido Independiente) à l'extrême droite (Cabildo Abierto), le président a pu obtenir une majorité législative. La coalition dispose de 17 des 30 sièges du sénat et de 57 des 99 députés de la chambre basse. En juillet 2020, le président Lacalle a promulgué la loi sur les considérations urgentes (LUC), pilier central de son programme gouvernemental. Elle se compose de 476 articles et couvre de vastes sujets, tels que le durcissement des peines pour les crimes, la restriction du droit de grève, la réforme de l'éducation, la mise en œuvre de contraintes fiscales et l'augmentation du rôle du secteur privé. Il s’est toutefois heurté à un fort rejet de la part du parti de centre-gauche Frente Amplio et des syndicats, notamment le syndicat Pit-Cnt. En plus d’encourager les grèves, ceux-ci ont recueilli les signatures nécessaires pour appeler à un référendum public en mars 2022 contre le projet. Plus précisément, ils veulent abroger 135 articles de la loi qui, selon eux, augmenteraient la pauvreté, l'exclusion, tout en accroissant la concentration du pouvoir et de la richesse. Malgré cela, les sondages préliminaires indiquent que le soutien en faveur de l'annulation des articles n'est pas susceptible d'être atteint. En fait, M. Lacalle Pou a conservé un soutien politique élevé (sa cote de popularité s'élevait à 61 % en septembre 2021), grâce à sa gestion relativement efficace de la crise sanitaire.

 

Dernière mise à jour : Février 2022

Haut de page