Etudes économiques
Haïti

Haïti

Population 11,0 millions
PIB par habitant 784 $US
D
Evaluation des risques pays
E
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2016 2017 2018 (e) 2019 (p)
Croissance PIB (%) 1,5 1,2 1,4 1,5
Inflation (moyenne annuelle, %) 13,4 14,7 13,3 11,6
Solde public / PIB (%) ** -0,1 -0,5 -2,7 -2,3
Solde courant / PIB (%) ** -1,0 -4,0 -4,0 -2,9
Dette publique / PIB (%) 33,9 31,1 33,3 35,3

(e) : Estimation. (p) : Prévision. * Année 2019 allant du 1er Octobre 2018 au 30 Septembre 2019. ** Dons inclus.

POINTS FORTS

  • Programmes de développement et de reconstruction définis avec les bailleurs de fonds
  • Appartenance à diverses organisations régionales (Association des États des Caraïbes, Organisation des États américains, CARICOM, CARIFORUM)

POINTS FAIBLES

  • Faible niveau de développement et extrême pauvreté (classé 168e sur 189 en termes d’IDH)
  • Dépendance aux transferts des expatriés, aux dons internationaux et aux États-Unis
  • Forte vulnérabilité aux catastrophes naturelles (ouragans, séismes…)
  • Gouvernance et environnement des affaires défaillants
  • Manque d’infrastructures, notamment énergétiques
  • Instabilité politique et insécurité

Appréciation du risque

Perspectives de croissance pour une économie qui reste fragile

L’économie haïtienne devrait continuer sa progression, grâce à la poursuite de la reprise du secteur agricole, qui représentait environ 18 % du PIB en 2017, après les ravages meurtriers de l’ouragan Matthew (2016). Elle sera également tirée par le secteur de la construction, qui profitera de l’aide internationale mobilisée pour la reconstruction du pays suite aux catastrophes naturelles. Même si elles resteront soutenues, les exportations, majoritairement textiles, devraient être moins dynamiques que l’année passée. Avec plus de 80 % des exportations à destination de la première puissance mondiale, elles pourraient pâtir d’un ralentissement progressif de l’économie américaine. La consommation privée sera stimulée par les flux de transferts des expatriés (environ 30 % du PIB), principalement en provenance des États-Unis. Néanmoins, elle restera encore pénalisée par les fortes inégalités et l’extrême pauvreté. En outre, elle pâtira d’un fort niveau d’inflation, alimentée par le prix élevé du pétrole, qui contraindra le pouvoir d’achat des ménages. Cependant, la hausse des prix devrait continuer sa décélération en 2019. En effet, la production domestique de produits alimentaires (qui composent près de la moitié de l’indice des prix à la consommation) devrait reprendre, restreignant les pressions inflationnistes. De plus, la réduction du déficit public devrait limiter la création monétaire, méthode de financement utilisée par le gouvernement haïtien qui encourage l’inflation.

 

Réduction attendue des déficits jumeaux

La bonne santé des comptes publics n’a pas résisté au passage de l’ouragan Matthew, entraînant une augmentation significative du déficit public en 2018. Ce dernier devrait repartir à la baisse grâce à la mise en place de mesures budgétaires encouragée par le FMI. Cependant, la possibilité d’un creusement du déficit n’est pas à écarter, du fait de la pression que peut exercer la population haïtienne lors de l’instauration de coupes budgétaires. Des aléas climatiques pourraient également conduire le gouvernement à engager des dépenses supplémentaires.

Afin de financer le déficit public, le gouvernement devrait avoir recours à l’endettement, ce qui contribuera à l’augmentation du poids de la dette publique. Une grande partie de cette dernière est extérieure et libellée en dollar en raison des prêts concessionnels contractés auprès du Venezuela par le biais du programme Petro Caribe.

Le déficit courant, lié au déficit commercial (37 % du PIB en 2017), devrait également se réduire en 2019. Toutefois, il ne retrouvera pas son niveau de 2016, car le prix élevé du pétrole augmentera le coût des importations, alors que le pays ne reçoit plus de pétrole à bas coût du Venezuela depuis 2017. L’importation d’intrants pour l’industrie textile ainsi que pour les projets liés à la reconstruction pèseront également. Alors que les exportations seront favorisées par les accords commerciaux avec les États-Unis, elles demeureront inférieures aux importations. Le déficit courant restera néanmoins minoré par les transferts des expatriés (30 % du PIB en 2017), ainsi que les dons (5 % du PIB en 2017), et sera financé par l’afflux IDE.

 

Un gouvernement face à de nombreuses difficultés

Jovenel Moïse (Parti haïtien Tel Kale), élu à la présidence en février 2017, peine à réduire l’instabilité qui règne dans le pays. Outre les affrontements entre gangs armés, le chef de l’État doit faire face à la contestation violente de la population. Durant le mois de juillet 2018, une vague de violence a déferlé sur le pays, en réponse à la suppression des subventions sur les carburants. Ces événements ont finalement conduit à l’abandon de cette mesure, qui était à l’initiative conjointe du gouvernement et du FMI, et à la démission du Premier Ministre Jack Guy Lafontant. De plus, en octobre 2018, des manifestations anti-corruption rassemblant des milliers de personnes se sont tenues dans l’ensemble du pays. Cela fait suite à l’éclatement d’un scandale, une partie de l’aide vénézuélienne reçue à travers les fonds Petro Caribe ayant été détournée par le gouvernement. Les élections législatives, planifiées pour octobre 2019, ne permettront probablement pas au président d’asseoir son pouvoir, compte tenu du mécontentement de la population.

Outre frontière, les relations avec la voisine dominicaine continuent de s’envenimer. Le rapatriement de nombreux migrants haïtiens, suite au non-renouvellement en août 2018 du Plan national de régularisation des étrangers (PNRE), qui permettait aux migrants d’obtenir un droit de séjour temporaire en république dominicaine, renforce les tensions entre les deux pays. Cette mésentente pourrait de nouveau impacter le commerce entre les deux nations, alors que la République dominicaine est un des plus importants partenaires commerciaux de Haïti.

 

Dernière mise à jour : Février 2019

Haut de page
  • Français
  • English