Etudes économiques
Metallurgie

Metallurgie

Metallurgie
Amérique du Nord
Amérique Latine
Europe centrale et de l'est
Europe de l'Ouest
Asie émergente
Moyen-Orient & Turquie
Changer de secteur

Forces

  • Dynamisme accru des ventes de véhicules à travers le monde
  • Développement de l’emploi de batteries électriques (transports, objets connectés)
  • Restructuration des filières (nickel, terres rares, aluminium) et réduction des coûts de production

Faiblesses

  • Taux d’utilisation des capacités de production inférieurs aux niveaux 2003-2007
  • Baisse des cours mondiaux
  • Ralentissement de la croissance chinoise

Evaluation des risques

Les faits marquants
Production annuelle d’acier

Production annuelle d’acier
(Variations annuelles, en %)

Les prix des principaux métaux étaient orientés à la hausse au second semestre 2016, principalement en raison de la reprise du secteur de la construction et des infrastructures en Chine d’une part, et des fermetures de plusieurs mines d’autre part. Néanmoins, les prix restent néanmoins en-deçà des haut niveaux de l’année 2011, et ne constituent selon Coface qu’un maigre répit pour les producteurs.

La sidérurgie chinoise a légèrement augmenté sa production de 0,7% à fin octobre 2016 sur un an. En conséquence, la moyenne mensuelle de l’indice des principaux produits sidérurgiques SteelHome SHGSI, a crû de 45% entre janvier et décembre 2016. Outre l’acier, d’autres métaux sont aussi en hausse. L’aluminium a vu son cours LME spot moyen mensuel par tonne augmenter de 17,1% sur un an entre janvier et décembre 2016, du fait de la bonne tenue du secteur automobile en Europe et en Chine, mais aussi de la fermeture de certaines unités de production en Chine. Les cours spot mensuel moyen du LME du nickel, du zinc et du cuivre suivent la même tendance, avec de fortes hausses respectivement de 32,9%, 73,2%, et 16,6%.

Les exportations chinoises d’acier ont continué de croître, avec une hausse de 7% des exportations de produits finis sidérurgiques à fin octobre 2016 sur un an, majoritairement vers l’Asie. Néanmoins cela affecte aussi les européens qui viennent d’imposer des tarifs douaniers provisoires à certains produits sidérurgiques en provenance de Chine.

Demande

La consommation mondiale de produits sidérurgiques devrait croître de 0,8% en 2017. Les mesures continuelles prises afin d’imposer des droits sur les produits chinois risquent de défavoriser les secteurs clients, qui bénéficiaient d’importations sidérurgiques bon marché.

La Chine devrait voir sa consommation baisser de 2% en 2017, après la chute prévue de 3% en 2016 selon le Ministère australien de l’Industrie. Cette demande serait victime de la mauvaise conjoncture du secteur de la construction et des travaux publics en 2017. En effet, l’investissement immobilier ralentit dans les plus grandes villes du pays, ce qui induit une dégradation de la situation financière des acteurs comme l’indique notre étude sur les délais de paiement de mars 2016. Enfin, bien que nous prévoyions une hausse des ventes automobiles de 9% en 2017, celle-ci ne sera pas suffisante pour contrebalancer la méforme de la construction. La consommation indienne de produits sidérurgiques devrait décoller en 2017 et croître de 7,7%. Le soutien public destiné aux projets d’infrastructure et au secteur manufacturier devrait permettre de favoriser la consommation locale.

L’Europe de l’Ouest devrait voir sa consommation croître de 3% en 2017. Ainsi, la bonne tenue du marché automobile européen profite aux producteurs domestiques, mieux positionnés dans les aciers à forte valeur ajoutée. Les immatriculations de véhicules neufs devraient croître entre 3% et 5% en 2017 selon notre scenario. Côté production, les chiffres devraient être tirés à la hausse, particulièrement en Allemagne et dans les pays d’Europe de l’Est. En outre, les bonnes conditions d’emprunt, et l’amélioration des finances des ménages continueront d’orienter le secteur de la construction à la hausse en 2017. Selon les derniers chiffres d’Eurostat pour la zone euro, l’indice des permis de construire a crû de 13,2% à fin août 2016 sur un an.

La consommation sidérurgique aux Etats-Unis  devrait croître de 2% en 2017. Le secteur de la construction, premier client de la sidérurgie, est en phase de retournement, et l’année 2017 ne devrait pas être différente. Toutefois cette hypothèse se trouverait invalidée si Donald J. Trump parvenait à mettre en place son plan d’investissements dans les infrastructures. En outre, l’un des moteurs de la consommation d’acier se grippe : les ventes de véhicules neufs se contracteraient de 0,6% en  2017.

Au Brésil, la demande sidérurgique continuera sa contraction en 2017, avec une chute de 12%, du fait de la faiblesse de la construction et du secteur manufacturier.

Offre

La production mondiale devrait croître de 0,8% en 2017, entraînée par l’Inde, l’Europe et les Etats-Unis. Les sidérurgistes chinois devront continuer à réduire leurs capacités de production.

La production chinoise devrait décroître en 2017 de 1%, après une baisse de 1% en 2016.  Le pays est au centre de la polémique en exportant des produits sidérurgiques qui inondent le globe. La production sidérurgique chinoise est principalement orientée vers des produits à faible valeur ajoutée pour le secteur de la construction (près de 60% des débouchés pour l’industrie sidérurgique). En outre, elle est en grande partie décentralisée et les provinces locales sont peu incitées à réduire cette ressource fiscale. La production indienne devrait croître de 7% en 2016. Ce taux est bien en deçà des objectifs de  croissance de 13% par an entre 2015 et 2025 établis par le gouvernement. En effet, le gouvernement du Premier ministre Modi souhaite qu’à cet horizon, le pays puisse produire environ 300 millions de tonnes d’acier par an. Enfin, pour continuer à protéger ses sidérurgistes de la concurrence étrangère, le gouvernement Modi continuera à maintenir des tarifs douaniers conséquents sur certains produits.

L’Europe de l’Ouest quant à elle devrait connaître une croissance négative de sa production sidérurgique de 1% en 2017. La relative bonne tenue de la consommation n’a pas favorisé l’offre européenne, même si certains producteurs d’aciers à haute valeur ajoutée parviennent à tirer leur épingle du jeu. Les effets de la concurrence chinoise ont pu jouer à plein jusqu’ici, mais les mesures prises par la Commission européenne afin d’imposer des tarifs douaniers à certains produits aideront le secteur. En outre, la sortie probable du Royaume-Uni de l’UE pourrait à moyen terme laisser le champ libre à certains pays pour accentuer les mesures de rétorsion aux produits chinois.

Pour les Etats-Unis, la production sidérurgique devrait croître de 1% en 2017. Les sidérurgistes locaux bénéficient  des décisions prises par le gouvernement fédéral de continuer à imposer de droits de douanes sur certains aciers chinois (mais aussi brésiliens, russes, japonais, etc.) à hauteur de 266%. Le secteur sera fortement porté à contribution si D. Trump persuadait le Congrès de financer son projet de développement des infrastructures. En effet ce projet devrait induire une demande additionnelle et donc un surplus de production.

 

Dernière mise à jour : décembre 2016

Haut de page
  • Français
  • English