Etudes économiques
Papouasie-Nouvelle-Guinée

Papouasie-Nouvelle-Guinée

Population 7,9 millions
PIB par habitant 2 589 $US
B
Evaluation des risques pays
C
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2015 2016 2017(p) 2018(p)
Croissance PIB (%) 9,2 2,4 3,0 3,2
Inflation (moyenne annuelle, %) 6,3 7,0 7,5 6,0
Solde public / PIB (%) -5,1 -4,4 -2,7 -2,4
Solde courant / PIB (%) 19,6 15,3 15,9 14,2
Dette publique / PIB (%) 30,4 33,5 33,1 33,0

(p) : prévision

POINTS FORTS

  • Abondantes ressources naturelles : minerais (cuivre, or, nickel, cobalt), hydrocarbures (pétrole, gaz), et produits agricoles (bois, café, cacao, huile de palme)
  • Construction d’unités de production de gaz naturel liquéfié
  • Investissements étrangers dans le secteur des matières premières
  • Soutien financier des institutions multilatérales

POINTS FAIBLES

  • Forte exposition aux catastrophes naturelles
  • Faiblesse du réseau d’infrastructures
  • Faible taux d’alphabétisation
  • Manque de main d’œuvre qualifiée
  • Lacunes importantes en termes de gouvernance
  • Forte progression de l’endettement extérieur du secteur privé 

Appréciation du risque

Légère amélioration des perspectives de croissance

La croissance devrait légèrement rebondir en 2018, mais restera en-deçà des niveaux observés jusqu’en 2015, pénalisée par la faiblesse du prix des produits miniers et des hydrocarbures. Les échanges extérieurs resteront le principal moteur de la croissance, avec des exportations en hausse (pétrole, gaz naturel liquéfié - GNL). Toutefois, cette dépendance au commerce extérieur rend le pays extrêmement sensible aux variations des prix mondiaux et à la demande des partenaires commerciaux. En outre, les investissements devraient repartir à la hausse, notamment dans les secteurs pétrolier et du GNL, où de nouveaux projets sont en cours. Cependant, ils ne permettront pas d’améliorer significativement le déficit infrastructurel du pays, notamment en moyens de transport. En effet, la faiblesse de l’épargne nationale, l’inefficience des programmes de dépenses publiques et des entreprises d’État, ainsi que le risque politique persistant affectant l’attractivité du pays pour les investisseurs étrangers, limitent les ressources. Le secteur agricole, pénalisé en 2016 et 2017 par de mauvaises conditions météorologiques, devrait rebondir, mais restera en grande partie informel et faiblement productif, ne fournissant qu’une agriculture de subsistance aux populations. Leur consommation, qui ne représente que 48 % du PIB, resterait pénalisée par un taux de chômage toujours élevé, notamment chez les jeunes, et une dynamique des prix encore importante. En effet, même si elle diminuerait sous l’effet de la fin de la dépréciation de la kina, l’inflation resterait supérieure à l’objectif de 5 % de la banque centrale, dont l’action resterait contrainte par son manque d’indépendance et les interférences politiques.

 

Fragilité de l’excédent courant face à la faiblesse des prix des matières premières

Le solde courant est devenu très largement excédentaire à partir de 2015 avec la mise en activité de nouvelles infrastructures d’exploitation des ressources naturelles comme le GNL. Néanmoins, la chute des exportations de produits miniers a réduit significativement l’excédent courant en 2016, et cette situation devrait demeurer inchangée en 2018 vue la faible dynamique des prix des matières premières. En outre, l’excédent courant se réduirait légèrement sous l’effet de la persistance des sorties de capitaux, de la modération de la croissance chinoise, forte consommatrice de matières premières, et des importations toujours élevées, le pays étant dépendant de l’étranger pour de nombreux biens. Les balances des services et des revenus resteront déficitaires.

Poursuite de l’amélioration des comptes publics

Le pays a souffert en 2017 de la baisse des ressources budgétaires liées aux matières premières. Néanmoins, le déficit budgétaire devrait encore diminuer, grâce aux efforts de réduction des dépenses menés par le gouvernement. Le gouvernement n’augmenterait pas significativement ses recettes, notamment à cause de l’inefficacité de la perception de l’impôt. De plus, les recettes issues de l’exportation de GNL ont été plus faibles que celles anticipées à cause des prix bas du GNL. Les risques de dérives budgétaires sont présents, dans la mesure où, lors de la campagne législative de l’été 2017, le premier ministre Peter O’Neill s’est engagé à accroître les dépenses publiques en faveur des secteurs prioritaires à développer (éducation, système de santé, projets d’infrastructures, soutien aux petites et moyennes entreprises). Enfin, la dette publique, limitée, ne devrait pas se réduire significativement.

 

Tensions sociales et politiques avec la réélection de P. O’Neill

Peter O’Neill (People’s National Congress) a été réélu à son poste de premier ministre par les parlementaires en août 2017, après que son parti a remporté les élections législatives qui se sont déroulées entre juin et juillet 2017. Les soupçons de fraude pendant ces législatives ont porté un coup à la popularité déjà déclinante du Premier ministre. Les manifestations anti-gouvernementales devraient rester nombreuses et la stabilité politique fragile. Face à cette situation qui perdure, le gouvernement pourrait tenter de renforcer sa position en utilisant la police et l’armée, au risque d’entraîner des affrontements meurtriers entre la population et les forces de l’ordre comme en juillet 2016. Le pays pâtit toujours de lacunes importantes en termes de gouvernance et de séparation des pouvoirs. Alors qu’il s’était engagé à lutter contre la corruption dès son arrivée au pouvoir en 2012, le Premier ministre a lui-même été impliqué dans une affaire de corruption en 2014. Le pays s’est classé 136e parmi les 176 nations évaluées par l’indice de perception de la corruption établi par Transparency International en 2016, et l’environnement des affaires reste dégradé. Enfin, les tensions sociales restent fortes et nourries par les inégalités et la pauvreté.

 

Dernière mise à jour : Janvier 2018

Haut de page
  • Français