Etudes économiques
Lesotho

Lesotho

Population 2,1 million
PIB par habitant 1 181 $US
C
Evaluation des risques pays
B
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

  2019 2020 2021 2022 2023 (e) 2024 (p)
Croissance PIB (%) -2,0 -3,9 1,8 2,1 2,2 2,3
Inflation (moyenne annuelle, %) 5,2 5,0 6,0 8,2 7,0 5,4
Solde public / PIB (%)* -7,5 0,0 -5,1 -7,7 -1,0 -0,4
Solde courant / PIB (%)** -2,1 -1,0 -4,4 -7,9 -3,1 -4,7
Dette publique / PIB (%)* 58,8 53,6 55,7 59,9 61,3 60,4

(e) : estimation, (p) : prévision

* Année budgétaire 2024 : avril 2024 à mars 2025. ** Les aides internationales sont incluses dans ce solde.

POINTS FORTS

  • Ressources minérales (diamants)
  • Ressources hydriques importantes, potentiel hydroélectrique (projet LHWP-II)
  • Industrie de textile-habillement relativement développée
  • Potentiel touristique
  • Secteur bancaire bien capitalisé
  • Loti indexé au rand sud-africain

POINTS FAIBLES

  • Petit pays enclavé
  • Forte dépendance à l’Afrique du Sud pour l’électricité, les transferts de fonds des mineurs expatriés, et aux Etats-Unis pour les exportations textiles
  • Agriculture exposée aux catastrophes climatiques (sécheresse, inondation, tempête)
  • Budget tributaire de la volatilité des transferts de l’UDAA (Union douanière d’Afrique australe) et des besoins d’un lourd secteur public
  • Instabilité politique, gouvernance fragile
  • Pauvreté et chômage élevés
  • Forte criminalité
  • VIH très répandu (21% des 15-49 ans) et présence importante de la tuberculose

Appréciation du risque

Une croissance timide mais un horizon économique favorable avec le mégaprojet d’infrastructures hydrauliques

La croissance économique du Lesotho, pays enclavé dans le territoire sud-africain, sera positive mais faible en 2024. Elle sera notamment soutenue par la poursuite de la seconde phase du projet d’hydroélectricité Lesotho Highlands Water Project (LHWP-II), qui consiste à assurer l’acheminement d’eau vers l’Afrique du Sud et à stimuler le développement économique du Lesotho par l’amélioration des infrastructures et l’exploitation du potentiel de production hydroélectrique. L’investissement public représentera environ 12% du PIB. En outre, le rebond attendu du prix du diamant brut sur le marché mondial en 2024 soutiendra la reprise de la production et des exportations. En 2024, le secteur agricole devrait encore souffrir des conséquences d’El Niño sur la production. Quant au textile, une baisse de la demande des Etats-Unis détériore les perspectives de croissance. Compte tenu de la dépendance électrique du Lesotho envers l’Afrique du Sud, les pénuries d’électricité prolongées sud-africaines représentent un risque perpétuel pour les activités extractives et manufacturières. Le reflux des prix mondiaux de l’énergie et de l’alimentaire a permis une atténuation plus importante que prévu des pressions inflationnistes. La politique monétaire de la Banque Centrale du Lesotho, alignée avec les décisions de son homologue sud-africaine, demeure restrictive début 2024, mais un desserrage de la politique monétaire est envisagé mi-2024. La croissance du crédit dans le secteur privé sera induite par les ménages. De fait, les crédits aux entreprises resteront atones en raison de la sous-performance de l’économie et d’un recours accru à des sources de financement non bancaires.

Des comptes budgétaires et extérieurs en voie de consolidation

Une diminution du déficit budgétaire est attendue sur l’année budgétaire 24/25. Du fait du poids conséquent des recettes de l’UDAA dans le budget (30% des recettes et 22% du PIB), la reprise économique en Afrique du Sud et dans d’autres pays membres de l’UDAA, à partir de 2024, participera à la réduction du déficit. Par ailleurs, les recettes continueront de progresser grâce aux efforts de modernisation de la fiscalité : adoption de la taxe sur les exportations minières, introduction de droits d’accises sur l’alcool et le tabac et inclusion du secteur informel dans l’assiette fiscale. Les dépenses seront plus conséquentes en raison de dépenses d’investissement au titre du LHWP-II et d’importants remboursements de la dette au FMI. Malgré les règles fiscales en vigueur, le Lesotho aura du mal à maîtriser ses massives dépenses courantes (38% du PIB) à cause du rôle prépondérant des syndicats qui s’opposent aux réductions salariales (16% du PIB). Si la dette publique est majoritairement externe (78% de la dette) et contractée sous forme concessionnelle (63% de la dette), le déficit budgétaire sera principalement financé par endettement domestique.
En 23/24, le déficit de la balance courante est resté conséquent, mais il se résorbera légèrement en 24/25. La reprise des prix du diamant stimulera les revenus issus des exportations. Cependant, du fait d’un secteur textile en difficulté (fermetures d’entreprises en 2023 et mauvaise orientation du marché américain), la croissance des exportations restera en deçà de son potentiel. Le léger déclin des prix mondiaux des matières premières contribuera à réduire le montant des importations (99% du PIB) en 24/25, même si celles-ci continueront d’augmenter et d’excéder largement les exportations (58% du PIB). La nécessité permanente d’importer des compétences et des équipements pour le projet LHWP-II explique un déficit commercial toujours conséquent. Le Lesotho enregistre un compte de revenus excédentaire en raison, d’une part, de la rémunération des travailleurs frontaliers pour leur travail en Afrique du Sud, et d’autre part, d’un flux permanent d’aide internationale (2,5% du PIB), de transferts de capitaux sud-africains dans le cadre de LHWP-II et de la part des expatriés.

 

Un pouvoir politique instable : mécontentement, lenteur des réformes et interférences des forces de sécurité

La situation politique du Lesotho restera instable en 2024. Le Revolution for Prosperity (RFP), parti du Premier ministre et homme d’affaires Sam Matekane, est sorti vainqueur des élections en 2022 avec 56 des 120 sièges, mais une coalition gouvernementale mouvante a dû être formée avec les partis Alliance of Democrats (AD), Movement for Economic Change (MEC) et, plus récemment, le Basotho Action Party. Le Democratic Congress (DC) est devenu le principal meneur de l’opposition avec 29 sièges. En raison de la position fragile du RFP et de l’absence d’une majorité des deux tiers pour la coalition gouvernementale à l’Assemblée nationale, les réformes mollement demandées par l’Organe de politique, de défense et de sécurité de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), notamment en faveur d’une réduction des pouvoirs des forces de sécurité et du Premier ministre, ne seront probablement pas adoptées en 2024. En octobre 2023, l’armée, la police et les services de renseignements déclarèrent qu’ils interviendraient pour maintenir le Gouvernement au pouvoir s’il était renversé par une motion de défiance au Parlement. Si M. Matekane a échappé à la motion, la lenteur de la mise en œuvre des réformes, le haut taux de chômage (18% en 2022), la criminalité armée et l’insécurité alimentaire continuent d’entretenir le mécontentement de la population. En mai 2023, un couvre-feu avait été mis en place à la suite des troubles provoqués par l’assassinat d’un journaliste.

 

Dernière mise à jour : Mai 2024

Haut de page